+

Problématique et objectifs de formation

par ardep, le 26 juin 2016

La notion de translittératie est généralement définie comme « l’habileté à lire, écrire et interagir par le biais d’une variété de plateformes, d’outils et de moyens de communication, de l’iconographie à l’oralité en passant par l’écriture manuscrite, l’édition, la télé, la radio et le cinéma, jusqu’aux réseaux sociaux »
Traduction par François GUITE (http://www.francoisguite.com/2007/12/la-translitteratie/) de la définition donnée par Sue THOMAS, in First Monday, vol.12, n°12, 2 décembre 2007.
Elle concerne ainsi l’ensemble des compétences mobilisées dans les interactions avec les multiples médiations sociotechniques, notamment celles du numérique.

Le contexte et les enjeux

Les 11e rencontres des professeurs documentalistes de l’Enseignement privé consacrent leur réflexion aux apprentissages des élèves en termes de cultures informationnelle, médiatique et numérique.

Cette problématique est en ligne directe avec la question que pose aujourd’hui l’UNESCO sur l’Education aux Médias et à l’Information, en reconnaissant son rôle primordial dans notre vie quotidienne pour l’exercice d’une citoyenneté éclairée.

Par ailleurs, dans le cadre des « Onze mesures pour une grande mobilisation de l’École pour les valeurs de la République », la mesure 3 propose de créer un nouveau parcours éducatif de l’école élémentaire à la Terminale autour du Parcours citoyen. Il sera construit autour « d’une éducation aux médias et à l’information prenant pleinement en compte les enjeux du numérique et de ses usages » dans lequel « les professeurs documentalistes seront tout particulièrement mobilisés à cette fin ».
Ces valeurs citoyennes se retrouvent déclinées dans le courrier du Secrétariat général de l’Enseignement catholique daté du 20 janvier 2015 qui évoque « l’éducation à l’exercice d’une liberté responsable ».

A partir des récents textes réglementaires (missions et obligations réglementaires de service des professeurs, Socle commun de connaissances, de compétences et de culture, nouveaux programmes, mise en place des différents parcours, EPI) ; et dans un contexte favorable (proposition de curriculum en information-documentation, volonté de l’Education nationale de faire entrer l’Ecole dans l’ère du numérique, objectif de maîtrise en cycle 4 pour chaque élève d’une Éducation aux médias et à l’information), l’ANDEP propose donc ces Journées de Formation sur le thème « A la convergence des cultures informationnelle, médiatique et numérique : vers la translittératie ».

Ces journées s’inscrivent dans les orientations nationales 2012-2018 :

  • Accompagner l’évolution professionnelle des personnels ;
  • Aider à maîtriser son métier.

Les objectifs de formation

Il est nécessaire d’interroger cette question de la translittératie. Celle-ci est aujourd’hui au cœur de notre réflexion professionnelle et doit nous amener à repenser notre métier. A la maitrise par les élèves de l’information-documentation, nous devons intégrer les dimensions médiatique et numérique de l’information.
Il s’agit donc de penser -ou de repenser- l’évolution du métier de professeur documentaliste au regard de la question de la translittératie : rupture ou continuité ?

A l’issue de la formation, le participant sera capable de :
• Traiter les savoirs-infos documentaires inhérents à une culture informationnelle, médiatique et numérique et les enseigner ;
• Actualiser la pratique pédagogique et didactique des professeurs documentalistes,
• Construire des repères pour agir avec les enseignants des disciplines des collèges et lycées afin d’optimiser les enseignements disciplinaires dans le cadre de l’Education aux Médias et à l’Information (EMI),
• S’inscrire dans la perspective interdisciplinaire du Socle commun de connaissances, de compétences et de culture, des Parcours (Avenir, Citoyen, Artistique et culturel) et des EPI, mais également en Lycée

+
Plan du site - site réalisé avec SPIP © 2016 ARDEP - Graphisme et développement : C Com Vous +